À la recherche du puits ronfleur


J’ai fait cette balade avant le confinement, je ne savais pas alors que je devrais rester chez moi durant les semaines d’après. Avec le recul de quelques jours, je me dis que j’ai eu de la chance de faire cette petite randonnée. 
Nous nous sommes rendus à Saint-Benin-des-Bois pour prendre une photographie d’une croix sur la place du village. Mon chéri me dit que ce village n’est pas très intéressant à visiter, mais je suis curieuse de voir l’église qu’il m’avait décrite comme étant particulière. Nous descendons voir l’édifice, en effet avec ses colonnes et son portique c’est plutôt pittoresque. 
J’aperçois de nombreux panneaux sur la place à côté du monument, et l’un d’eux m’intrigue, on y parle d’un puits ronfleur. Sur l’image, cela avait l’air très romantique, j’ai demandé à mon amoureux si nous pouvions aller voir ce puits. J’étais vraiment attiré et il a dit OK, mais on cherche un moyen de se rapprocher en voiture. Là, j’ai sorti ma panoplie technologique pour calculer un itinéraire qui nous éviterait de faire de longues heures de marche en terrain boueux.
Arrivés près du départ des chemins de randonnée officiels, nous ne trouvons pas de panneaux indicateurs, mais il y avait là trois hommes des bois surpris de nous voir chercher le puits ronfleur. L’un d’eux nous fait rebrousser chemin jusqu’à la première ferme du vallon et nous dit de monter par le chemin qui se trouve derrière le hangar. 
Nous suivons la prescription du spécialiste à la lettre et nous crapahutons en montée, dents serrées. Sans savoir où nous allions, vers un puits ronfleur de plus en plus hypothétique, car aucun panneau ne mentionne ni lieu ni sens de marche.
Seules ma détermination et mon envie de marcher au soleil m’ont fait suivre un compagnon rempli de suspicion quant à mes facultés de détectrice de puits qui ronfle. Puis, peu à peu, des indices ont confirmé que nous marchions dans un endroit qui ressemblerait un peu à ce qui était sur le panneau de bois près de l’église. J’avais pris soin d’en faire une photo avant de nous aventurer dans le circuit de la vallée de l’écu dont aucune carte Google ou Plan ne parlaient.
Je me suis quand même bien rincé l’œil sur les paysages de cette vallée, c’était magnifique. J’avais juste peur de ne pas tomber sur le puits, quand tout à coup après une maison abandonnée nous découvrons un puits muni d’un horrible couvercle muni d’une étiquette sur le chapeau. Ici, nous avons capté la source maintenant, débrouillez-vous avec vos fantasmes sur le ronflement du puits et tout ça. Bon ce n'était pas vraiment écrit comme cela, mais c'est mon ressenti.
Alors un peu dépités et désenchantés, nous avons repris le chemin du retour et une fois rentrée à la maison j’ai du reprendre l’enquête, je ne voulais pas m’avouée vaincue!
Je reprends ma photo du circuit, je fais un calque, je le pose sur une capture de Google, je passe un temps fou en recherche, pour trouver des explications. Retrouver ne serait-se qu’une carte postale ancienne du puits en question m’aurait suffit. Rien, puis, une petite voix s’élève en moi, et si tu allais sur géo portail voir une carte IGN?
Bingo, c’était le bon plan, sur une carte IGN il y a tous les noms des petits coins. Là où nous étions, coordonnées GPS du Nikon à l’appui il y a un puits sur la carte, et à côté le nom du lieu le four vieux. J’avais tout bon, le puits ronfleur au chapeau de fer, c’est bien lui!

























Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escapade - partie 2

Saint-Vérain,le village sans maquillage

Saint-pierre-le-Moutier, pas loin de Tresnay

Escapade, partie 1

Deux villages, deux points de vues

Escapade-partie 3

Une balade d'hiver à Lormes