Articles

Affichage des articles du avril, 2015

A ras les pâquerettes

Image
Souvent quand la vie paraît rude rien de tel que d'aller dans le jardin et de se coller au plus près du sol pour s'imaginer petite souris ou oiseau sur la branche.
Dans la paix des fleurs qui bientôt seront sous la bourrasque de l'orage annoncé, je suis comme elles parfois forte et resplendissante et parfois soumise aux intempéries, c'est la vie.
Quand je vois ce qui arrive autour de moi et plus loin sur la toile je me pose beaucoup de questions et plus j'avance en âge plus je me mets en retrait et je ne me permets plus de réagir sans réfléchir.

Les médias, les actualités nous donnent tant de grains à moudre qu'il est devenu bien difficile de voir clair et de prendre une position ou un engagement sans se sentir floué au bout d'un moment.

Aussi c'est grâce à la nature que je cultive devant ma maisonnette que j'arrive à retrouver le souffle et l'équilibre qui fait défaut à notre monde en folie.

Pour partager avec vous ce petit moment de pur bonheu…

À la rencontre des potiers du Bazois

Image
En mars 2016 ma fille Alice a eu un livre à monter pour l’Office de Tourisme de Châtillon-en-Bazois.
Elle est graphiste chez un éditeur un peu particulier, La Camosine.
C’est une association de passionnés de patrimoine et de coutumes locales.
Quand elle a voulu faire le livre sur les potiers du Bazois, elle n’a pas trouvé les photos qu’il y avait dans le dossier assez convaincantes.
Alors elle a demandé un coup de main à sa « maman » et là je peux dite : oui je suis la maman d’Alice... fièrement.
Mais ce n’était pas mes petites photos qu’elle voulait, non, elle voulait que je demande les grosses photos de mon doudou d’amour à moi... alors là je suis fière aussi de dire oui je suis l’amoureuse du web croqueur !
C’est ainsi que bras dessus bras dessous nous avons pris en otage ma troisième fille... eh oui je suis aussi fièrement la maman de Ludmilla, et si je vous parle de ma fille ainée Adeline alors là j’explose d’orgueil... mais bon le sujet n’est pas là.
Revenons à nos potiers, nou…