Une mauvaise année avec des moments forts

 Côté santé, c’est vraiment une année toute pourrie, et le monde entier est touché. Dans ma petite famille, ce sont trois semaines de confinement qui nous ont obligées de nous priver de balades et nos découvertes ont été encore une fois retardées, faute de pouvoir bouger librement. 

Du mois d’octobre, il ne nous reste qu’une peau de chagrin dont nous avons bien l’intention de nous satisfaire et d’en profiter au maximum. C’est sur Bibracte, son site archéologique et son musée, que nous avons jeté notre dévolu.

Je ne sais pas pourquoi, mais nous nous sommes levés dès potron-minet pour surprendre la forêt gallo-romaine dans sa chemise de brume. C’était splendide de voir les arbres fantomatiques tendre leurs bras vers nous. Le brouillard très épais tombait parfois en gouttes lourdes. Nous nous sommes réfugiés entre les murs du musée. J’aime cet endroit qui foisonne d’informations, on peut se concentrer sur un sujet par visite, il est difficile de tout voir en un seul coup. Bibracte, il faut y aller au moins deux fois par an. 

J’ai toutefois une préférence pour les maquettes qui représentent la vie gallo-romaine. J’imagine que les personnages sont doués d’une vraie capacité de vie. C’est tellement bien rendu que je me ferai bien enfermer la nuit pour jouer avec.

Fatigués, nous avons quitté à regret le site magnétique auréolé de mystère avec l’envie de revenir encore et encore sur l’oppidum, à la rencontre des druides et des fées qui peuplent les lieux quand les touristes ont levé le camp.














































Commentaires

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Une balade d'hiver à Lormes

À la recherche du puits ronfleur

Mai en fleurs blanches

La Nièvre depuis le Cher

Tannay où tout peut recommencer

Haut lieu et panorama plein les yeux

Escapade - partie 2