Après les intempéries

Comme chaque saison, nous allons faire un tour aux Mardelles, cette année la forêt a particulièrement été bousculée. La neige est tombée trop tôt sur la canopée en feuilles et de nombreux arbres ont été mutilés. À peine, le temps de se remettre du choc que les vents violents ont pris la relève. Notre promenade a eu lieu juste avant de nouvelles rafales sur les bois. Les Mardelles qui ont subi la sécheresse cet été ne sont pas épargnées, loin de là. De nombreux branchages sont tombés de partout et ont détruit l’harmonie visuelle des abords des petites mares forestières.
Bien sûr nous sommes dans une réserve naturelle et pas dans un parc où une équipe aurait vite agi pour déblayer le terrain, rendant son aspect attractif au lieu. Dans une réserve, il en va tout autrement, la priorité est au calme des espèces. D’ailleurs, nous nous étions déplacés dans l’espoir de voir les grenouilles rousses badiner dans l’eau. Point de grenouille, nous étions bredouilles et tristes de voir le bouleversement et les enchevêtrements des branches. Malgré tout, quelques petites vues sur les eaux nous ont permis d’imaginer qu’une fois les fougères reverdies et l’osmonde en feuille, l’ensemble sera plus joli et retrouvera sa splendeur printanière. En attendant, c’est un énorme travail qui attend les forestiers. Troncs et arbres mutilés sont nombreux et s’ajoutent à la gestion annuelle normale, je leur souhaite bon courage et j’espère que nos Mardelles resteront le temple des eaux forestières.



Dès l’entrée sur le sentier les sapins jonchent le sol


Les engins laissent de grandes travées nues




Arbres courbés, ornières causées par les engins




Arbres couchées sur la mardelle






Les chênes n'ont pas été épargnés










Une vue presque « comme avant »


Jeux de lumière




Le joli chêne aussi a des branches cassé







Les îlots de laîches ressemblent à des habitats flottants











Jolie vue dégagée sur la grande tourbière




Paradoxal, l'arbre mort est toujours debout


L'osmonde dort encore




La végétation qui pousse dans l'eau des Mardelles est condamnée à y périr


Parfois, ils tombent et survivent en se mettant à genoux



Les Mardelles de Prémery sont situées sur la D2 en direction de Châteauneuf-Val-de-Bargis.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Allons voir les orchidées

Entre l'eau et le ciel

Petite escapade en Dauphiné

Mardelles hivernales

Mes vacances avec ma mère

Grosses cylindrées

Asnois, le village qui a une brocante dans le cœur