dimanche 2 septembre 2018

Asnois, le village qui a une brocante dans le cœur


Nous avions dû aller à Asnois pour photographier la brocante du Bouc qui fume, nous étions pressés, car d’autres villages nous attendaient, mais ce samedi de beau temps, nous avons repris la route de ce joli village pour le découvrir davantage.
Ceci dit, je vous recommande Asnois et sa fameuse brocante qui vaut le détour.


Nous avons commencé notre visite par l’église, elle est vraiment touchante, car on peut lire sur ces murs les nombreuses fois où l’édifice a été remanié. Elle garde cependant une trace visible de tous les siècles qu’elle a traversés.






L’église tout comme le reste du village sont très bien entretenus. Un riche passé est inscrit sur les murs, même si plusieurs maisons sont vides les constructions paraissent solides et harmonieuses.
J’ai emprunté des venelles charmantes aux noms évocateurs, celle de l’instituteur, où des rosiers parfumés m’ont servi de repère olfactif pour retrouver le chemin de la chapelle et de la mairie.
La rue des amourettes et celui de la petite argentine m’ont conduite vers de douces émotions, j’ai même perçu l’odeur du gâteau de foie de lapin que mon père préparait certains dimanches plus joyeux que d’autres. J’avais envie de remonter vers mon enfance, j’ai fermé les yeux et je me suis sentie heureuse.




















Des petites attentions rassemblées dans un carré de cactées, ou un joli portail ouvrant sur un havre de paix donnent envie de trouver un petit nid douillet parmi les jolies maisons abandonnées.
Le village d’Asnois ne s’arrête pas là, il poursuit vers l’Yonne avec un endroit charmant près du canal du Nivernais où un ancien moulin offre une aire de repos aux pèlerins de Compostelle.
J’ai posé mon regard avec convoitise sur une sublime balançoire, solide et pourvue de chaines, mais je n’ai même pas osé la prendre en photo tellement elle était belle entourée de son jardin fleuri.
L’eau et le pont semblaient avoir oublié les crues et les moments pourtant terribles seulement signalés par un panneau « route inondable ».  


















Les cyclotouristes filent vers l’horizon, nous devons repartir vers nos vies laborieuses.
Parenthèse et pause dans l’agitation du monde, ce village est comme une coupe d’un breuvage frais qui redonne des forces pour les jours plus intenses qui nous attendent.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire