samedi 19 mai 2018

Petite escapade en Dauphiné

Deux fois par an, je « descends » dans la Drôme.
En route, nous faisons toujours une halte dans une ville étape, histoire de découvrir d’autres territoires. Bien qu’ayant vécue toute ma jeunesse dans l’Isère je n’avais jamais eu l’occasion de visiter Vienne. À chaque fois que nous passions non loin de cette ville qui porte le même nom que la belle ville autrichienne, j’avais envie d’aller y faire un saut pour goûter des viennoiseries tout en sachant que ce n’était pas le bon Vienne pour cela.















J’ai réservé un hôtel, situé tout près d’une pyramide, un des nombreux vestiges gallo-Romains de cette ville qui vit sur les restes d’une époque qui a dû être faste. Je n’ai pas trouvé la ville facile, il faut monter, descendre et surtout contrairement à nos villes nivernaises les rues sont spectaculaires. Il faut vraiment du courage pour se lancer dans des raidillons très étroits qui sont souvent à double sens. Cela oblige l’un des deux véhicules à reculer ou à frôler les murs de cette cité escarpée. L’avantage c’est qu’une fois sur le mont Pipet la vue est incroyablement belle avec le Rhône qui serpente royalement dans le centre de sa vallée.
J’ai aimé et je n’ai pas aimé, trop dur pour nos pauvres jambes, et j’avais l’impression de ne jamais avancer, je n’ai pas pu voir tout ce que j’avais envie, le musée archéologique et le village antique sont restés hors de notre porté. Le lendemain, nous sommes partis en nous demandant si Valence serait aussi difficile. Autre ville du Rhône, celle-ci s’est révélé une vraie terrasse de vacances. Plus simple et plus méditerranéenne, Valence qui a aussi sa ville du même nom, mais en Espagne, nous a vraiment détendus et nous avons passé une très bonne journée avant de rouler vers Die et la Drôme des collines.






Chaque jour nous avons fait une balade parmi le thym fleuri, cherchant le château, l’église, nous avons trouvé les deux.








Puis en remontant dans la Nièvre l’arrêt à Cluny, c’est imposé et nous avons profité une fois de plus de la terrasse de la Loncanda et de son sorbet fraise-citron. Les acacias en fleurs ont fait flotter leurs parfums de Vienne à Valence, mais au retour ils étaient en bouton dans la Nièvre. Il a fallu attendre une semaine avant de retrouver cet effluve suave.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire