mardi 16 janvier 2018

Dompierre-sur-Nièvre




À Dompierre-sur-Nièvre, il y a de beaux restes. Grandes portes, grosses pierres, façades ornées de quelques motifs, l’air est bon, le calme règne. Les champs et l’eau entourent les propriétés. C’était une terre de prédilection pour l’élevage des chevaux percherons. Dans les prés, on peut voir de magnifiques culards qui se lèvent lourdement à l’approche du passant.

Les lavoirs sont fragiles, nous en avons perdu un qui était au bord de la Nièvre. Deux Nièvres se rejoignent dans le village, coulant sous un pont orné de bornes de pierres. Le soleil donne des coups de baguette magique en faisant sortir les nuages d’une cheminée. Ici et là, des maisonnettes font du charme en laissant imaginer une vie douce et paisible où l’on pourrait prendre le temps de s’adresser à son pot de marguerites. Laisser tomber l’action inutile et vaine pour venir méditer à Dompierre-sur-Nièvre serait un beau programme. Fini le stress, vive bucolique City !
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire