mardi 8 décembre 2015

Champlemy avant noël



C'est sous un soleil radieux que nous sommes retournés à Champlemy pour revoir les lavoirs que nous avions déjà photographiés l'été mais il y a plus d'un an de cela.
Au lieu de visiter le village dans sa partie haute nous sommes resté prés de la Nièvre. Il faisait vraiment beau, un joli 17° en ce jour de début décembre.







Ce qui me fascine dans ce village ce sont les murs de pierres sèches énormes et moussus.
Ici on ressent beaucoup l'activité agricole et les maisons sont encore souvent habitées par des ouvriers.
D'ailleurs Champlemy est un village qui bouge.
Son maire est sympa, des associations s'activent gaiement.
J'aime bien venir manger au bistrô à Malices quand je le peux.
Vivement d'ailleurs que nous puissions y refaire un saut !
Si vous passez sur son site vous comprendrez pourquoi j'aime bien y aller, c'est à la fois simple et sophistiqué, j'aime bien l'utilisation des aromates dans les plats.
Heureusement avant d'aller en balade j'avais mis une bonne choucroute maison sur le feu, ce qui m'a permis d'éviter de me promener en salivant et en rêvant des bonnes cocottes du Bistrô.
Sinon en ce qui concerne les lavoirs, j'ai trouvé le deuxième splendide mais si je tombe sur les deux amoureux dégradateurs de murs, les nommés : Didier et Nicole, je leur dirais ce que je pense de leur façon de faire.











Les petites maisons chaleureuses, les gîtes, tout cela sur le chemin de Compostelle. On se prend à s'imaginer faisant étape ici avec un sac sur le dos et un bâton en main.
J'aime cet endroit où on élève de bien beaux bovins, des vaches et des taureaux magnifiques.
Je regrette qu'un jour ils soient tous conduit vers l’abattoir, car ce sont vraiment des merveilles.
Après avoir marché une bonne heure et fait le tour de l'église, nous avons laissé Champlemy à son rythme terrien pour aller éteindre le feu sous la cocotte.










Le soir ma petite choucroute m'a paru bien délicieuse, car elle contenait des parcelles de lumières et des reflets dorés qui dansaient sur nos papilles.
Pour voir la promenade en image cliquez sur la première photo dans l'article.

dimanche 1 novembre 2015

En voiture pour la Charité-sur-Loire




Ça roule à la Charité, une belle ville entièrement conquise par la bagnole !
Elles sont partout même devant les plus jolis monuments, elles ont tous les droits en matière de parking.



Pour avoir une prise de vues du plus joli porche de la Nièvre il faut attendre les deux minutes sans circulation et tomber le jour où personne ne va poser comme une crotte une bagnole en haut des marches.
Aussi incroyable que cela en a l'air, la gestion des abords des superbes monuments de la Charité est pitoyable, il y a des heures de Photoshop pour effacer les poubelles, les bagnoles, les fils électriques incongrues et autres mochetés qui sont comme des mouches à viande sur la confiture.





Cette ville est un joyau mal aimé, dévasté par une façon de voir les choses empreintes de l'ignorance de l’existence d'une abbaye Clunisienne au cœur de la ville.
Certes au lieu de démolir leur abbaye comme à Cluny ils ont construit leurs maisons en enchevêtrement dans l'abbaye, et des siècles sont passés sans que personne ne fasse attention à cela.
Maintenant il faudra encore des années et des années avant de faire resurgir le joyau du tas de décombres qui l'entoure.
Le plus dur sera de faire évoluer les mentalités, et d'imposer le non-stationnement à l'approche des beautés qui vont apparaitre.












Un énorme challenge et un beau travail qui commence à se voir quand on va sur les remparts.
Des fouilles, des reconstructions qui vont sans doute encore durer au moins un demi-siècle.
J'ai vu la tour de Crest dans cet état quand j'étais petite et maintenant c'est une merveille, plus de 40 ans après!









Il en faut de la patience de la persévérance et essuyer bien des reproches des contribuables mais cela vaudrait vraiment le coup, cette ville pourrait être une des plus belles de France et toutes les petites échoppes qui abordent des couleurs vives reprendraient vie.













Dans la chaleur étonnante de ce 31 octobre, je sens une bonne odeur de confiserie depuis les remparts, j’entends des clameurs : " on veut des bonbons, on veut des bonbons !".
Je regarde et je vois passer une grande manifestation sur le pont de la Loire, plus tard je saurai que c'est l'esprit d'Halloween qui a trompé mes oreilles, c'était les piétons qui réclamaient une passerelle car le pont sur la Loire et toujours plein de voitures et ils ne se sentent pas en sécurité...et bien si les piétons commencent à réagir les voitures vous enfin perdre du terrain à la Charité-sur-Loire et ce sera tant mieux !
Mais si ils font une passerelle piétons devant le pont historique...ça sera désespérant.
Repensez plutôt le trafic dans son ensemble au lieu de faire passer autant de poids lourd sur ce pont.