dimanche 19 mai 2013

Le sentier de la naissance de l'eau




Le site des mardelles de Prémery est un château d'eau.
En effet c'est ici que toute l'eau pour les quatre bassins versants est produite à travers le filtre de la tourbière.
La tourbière est un très ancien plan d'eau colonisé par des mousses, la sphaigne, celle-ci durant des siècles c'est décomposée et accumulée créant une éponge naturelle à 337 mètre d'altitude.

La source du Coursier débite 15 000 litre par heure et elle est partiellement captée, elle a permis aux résistant du maquis Mariaux de boire durant la dernière guerre mondiale.







Le terrain est parcouru de nombreux fossés, on enjambe des petits ponts qui se ressemblent tous et on arrive dans une très belle forêt de chênes.



De grands travaux de montage de digues visent à rétablir l’équilibre des espèces et de la biodiversité.
Si vous vous lancez dans le circuit de la naissance de l'eau, regardez bien en garant votre voiture le chemin de gauche est goudronné et ne soyez pas surpris de marcher dessus dés la mi parcours.
Au milieu de la forêt de chêne ne tournez pas sur la gauche comme une flèche gravée veut vous le faire croire, cela vous mènera sur un chemin plein d'embûches.(Sur le poteau la flèche rouge officielle manque à l'appel.)












Enfin portez des bottes si il a beaucoup plu, certains passages sont plein d'eau.
Ceci dit marcher avec des bottes plus d'une heure est pénible, cette longue promenade aura plus d’intérêts l'été en chaussure de randonnées.
Je vais m’atteler à une réalisation d'une carte plus précise car moi même je me suis perdue en voulant suivre un fléchage un peu aléatoire.



Enfin emportez de l'eau et un petit en-cas !
Privilégiez la boussole il n'y a pas de réseaux là-haut par contre de nombreux promeneurs sur le sentier goudronné vous sauveront sans doute la mise comme cela met arrivé la semaine dernière !



lundi 13 mai 2013

Un autre regard sur les mardelles de Prémery




Je n'étais pas seule dans les bois, voici aujourd'hui les clichés de Philippe Poiseau qui nous offre un autre point de vue sur les mardelles à travers une série de photographies prises le même jour que les miennes publiées sur l'article précédent.



















Philippe aime beaucoup les sous bois, il a accordé plus d'importance que moi à certains détails.
Comme par exemple la vie des fourmillières.








 Les petits assemblages de cailloux sont en fait les logements de larves de libellules.











 L'osmonde royale en bourgeons.



 L'arroseur arrosé.



 Ici on peut voir un "balai de sorcière", c'est une malformation des branches du sapin due à un champignon.





 Gros plan sur les mousses qui naissent dans l'eau.











 Joli banc fait de rondin et d'un tronc.






 C'est rare de me voir en photo. profitez en !

 Le ponton d'où on peut voir la tourbière.






Merci à Philippe pour ces photographies originales!

A suivre le parcours de la Naissance de l'eau...