jeudi 19 avril 2012

Nevers par le bout du nez

Je dois parfois aller à Nevers pour voir des personnes, en avance à mon rendez vous je décide de flâner, « au pif » .

En descendant une petite rue je suis attirée par une façade étrange ici, en effet son style n'est pas commun, un petit panneau posé dessus d'ailleurs confirme mon idée et explique qu'il s'agit de l'ancien hôtel des monnaies des Ducs de Nevers.



J'avais envie de trouver une petite boutique indienne, je n'avais plus de Patchouli depuis un moment et cela me manquais.


Mes sens olfactifs en éveil je tombe nez à nez avec une charmante boutique qui ne me promet pas le septième ciel mais 100 ciels.


Ni une ni deux je pousse la porte certaine de trouver là l'odeur essentielle à ma survie dans ce monde parfois puant.
Et bien  j'ai eu du nez !




Non seulement j'ai trouvé une eau de toilette de patchouli de grande qualité mais de plus j'ai fait une des plus belles rencontres Nivernaise.
Cette boutique tenue par un charmant monsieur, qui doit venir de la même planète que moi, propose absolument tout pour le plaisir du nez.


Et au centre du magasin, des savons artisanaux vendu à la tranche, ou encore en brochette.
Voici le propriétaire des 100 ciels qui nous propose une belle brochette de savons.
Ils sont si beaux qu'on en mangerait !



Encens, bougie de massage, huile pour le corps, article de rasage et savon d’Aleph, tout est à base de produits 10% naturels et la boutique respire la santé.
Fontaines, diffuseurs, tisanes...tout pour le bien être.
Je suis repartie comblée et reboosté à bloc avec dans mon petit sac des bâtonnets d'encens, mon parfum indispensable et aussi quelques tranches de savon, et petit présent pour mon bien aimé.


J'avoue que dans la journée j'ai posé plus d'une fois le nez sur l'étiquette de la boutique que le vendeur avait aspergé de quelques gouttes magiques d'une senteur boisée et mystérieuse.
Cet univers parfumé et bienfaisant a un autre avantage, en plus du sourire du sympathique commerçant, ce sont des prix tout à fait abordables, qui permettent à toute les bourses d'emporter un petit morceau de paradis chez soi.
"Les 100 ciels..." 2, rue des 4 vents 58000 Nevers - 09 81 42 90 08.

J'ai poursuivi mon voyage en recherchant d'autres boutiques qui flatteraient mes sens, et cette petite épicerie à activée mon appétit, sels parfumés, sucres spéciaux, liqueurs, et huiles à base de plantes subtiles, tout pour le palais le plus fin.
Mais L'épicerie étant fermée à l'heure du déjeuner j'ai filé vers mon restaurant préféré.
Je ne suis pas la seule d'ailleurs a être fidèle à la gourmandise et à la fraîcheur, j'ai du patienter un peu avant d'avoir une table, mais les pâtes au chorizo qui m'ont été servies m'ont bien réconforté.


  







Il faut avouer que sortie un peu trop tard de mon rendez-vous, j'avais raté mon car et devais patienter jusqu'à 16 h 30 pour rentrer sur Prémery. Grand bien me fit, car j'ai alors trouvé la perle de mon après midi, une boutique bien nommée Troc'n Troc.
Justement je suis en manque de vêtements de printemps et les vêtements neufs ne sont pas toujours à ma convenance.
Je pousse la porte attirée par un imperméable vert vif, il est en cuir, 70€, mais hélas pas à ma taille.
La chose est unique, belle et précieuse...que ne suis -je pas plus menue ?

Qu'à cela ne tienne je fais un tour dans les portants et je tombe sur quelques trésors que je file essayer dans l'arrière boutique.
Je suis ressortie rhabillée pour le printemps, pour un budget de 50€, deux pantalons,deux tuniques,une robe, une ceinture et une jupe,  de la marque et en très bon état.
Là aussi super vendeuse, gentille et sympathique.






J’aime le style vintage c'est mon point faible, patchouli et petites fleurs je suis une filles des sixteens !

Décidément j'adore Nevers je m'y sens trop bien !


mercredi 11 avril 2012

Jaune printemps


 Normalement la bonne couleur serait vert printemps, mais l'invasion des corolles de pissenlits change la donne.
C'est dans un paysage jaune que je me suis promenée, juste avant la grêle.


 Le ciel menaçant agitait ses nuages, un vrai bonheur de capter les rayons du soleil qui animaient les fleurs jaune. Dans l'air une douce odeur de miel laissait penser que certains insectes était au travail pendant que je batifolais au bord de l'eau.


Les pêcheurs avaient tout prévus, les parapluies, les anoraks, prêt à affronter les pires giboulées, pendant que moi la promeneuse je me contentai de hâter le pas à l'approche de nuages de plus en plus noirs.


 Il est bien étonnant de voir comment une couleur donne un relief à un chemin que je n'avais pas trouvé aussi intéressant jusqu'à présent. J'ai pensé à ce que Van gogh et Monet feraient de ses fleurs,
sans doute une œuvre formidable. Quant à ma mère qui les a en horreur et passe son temps à les chasser elle renoncerait devant le nombre des pissenlits !


J'avoue qu'on peut trouver joli ce paysage ainsi conquis par la fleur. De plus près on ne manque pas de trouver aussi pâquerettes et autres fleurettes printanières.
Les genêts et  fortitias ne changent pas la gamme et restent en accord.


 Le printemps commence par le jaune, comme tout peintre il pose en premier les couleurs primaires dans sa palette.