vendredi 30 mars 2012

Les saules animés


 La métamorphose de la nature est rapide, pendant que les pollens vont bon train, les fleurs s'ouvrent et les feuilles poussent.

Jamais l’hiver ne m'a parut plus court, plus le temps passe et plus il s'emballe dans une course que je ne maîtrise plus.
Parfois je me donne un temps de pause entre le travail du matin, ma peinture de l’après midi.
Le temps de faire lever une pâte à pain, de monter les photos de faire des courses...les journées s’enchaînent et pendant ce temps les mutations de la nature prennent les devants.
Je risque d'être en retard car le jardin m'occupe aussi, et rien de pire, pour une petite graine, d'être oubliée dans un sachet hermétique au printemps.




Voici donc avec un peu de retard mes saules lumineux qui s'animent et deviennent les personnages principaux de l'étang.




En repartant je regarde de nouveau le pont qui s'expose avec grâce me réclamant un cliché, puis en amont de la Nièvre les reflets de l'eau se font aquarelle pour mieux séduire mes yeux d'artiste.
Ils ont gagnés !
Je les mets dans ma musette de peintre et c'est sur la toile qu'ils révéleront leur personnalités.


dimanche 18 mars 2012

Sous les Saules

 
Après une semaine chaude je me doutais que j'allais avoir enfin du nouveau !
En effet les saules avaient déjà tous leurs petites feuilles vert tendre.

Sous leurs branches j'ai joué avec les reflets et le soleil.
Les pêcheurs devaient se dire mais qu'est-ce que c'est que cette touriste qui se contorsionne comme ça d'un saule à l'autre.

En effet pour obtenir une image j'en prend des douzaines en tournant sur moi même puis je passe des heures à les coller les unes au autres...les joies de la photographie artistique.
Non seulement je passe pour une excentrique lors des prises de vues mais je deviens dingue à juxtaposer les brindilles avec les brindilles.

Si les pêcheurs se doutaient qu'ensuite je passe un temps fou pour reposer sur la toile certains clichés afin qu'ils ne ressemblent plus à la réalité ils rigoleraient en me voyant...enfin que tout le monde soit rassuré on ne fait pas de figuration dans les toiles, il n'y a que le paysage et les saules qui me passionnent.

Les giboulées sont là, on ne sait plus si il faut ouvrir le parasol ou le parapluie, des petits grêlons piquants se mêlent aux gouttes et frappent le carreau.
Le printemps arrive en se faufilant entre les branches.